Les facteurs ESG pour un investissement responsable

Publié le 26 avril 2018

ESG - Angela De Wolff

Mesurez la durabilité de votre portefeuille – c’est simple et c’est le bon moment pour éviter de vous exposer inutilement à des risques  

 

Qu’est-ce que l’ESG et pourquoi est-ce si important ?

Depuis plus de 10 ans, un nombre croissant de fonds de pension et d’investisseurs privés décident d’intégrer les facteurs ESG dans leurs choix de placements. Ce mouvement s’accélère tant au niveau international que national. Encore récemment, la Caisse de pension Migros a déclaré que tous ses gestionnaires externes seraient tenus de respecter des « normes ESG minimales ».

En quoi consistent ces facteurs et pourquoi sont-ils si importants ? ESG correspond à l’acronyme faisant référence aux enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance. Ces facteurs extra-financiers mettent en évidence les risques économiques réels qui touchent les entreprises lorsqu’elles sont exposées au changement climatique, à des controverses sociales majeures ou à une gouvernance déficiente.

Ces facteurs sont importants non seulement pour mieux appréhender le risque d’investissement, mais également pour anticiper les nouvelles contraintes réglementaires. Les principes du développement durable sont d’ailleurs graduellement intégrés dans le devoir fiduciaire.

La probabilité d’un renforcement réglementaire est élevée. Lors de sa séance du 16 mars 2018, le Conseil fédéral a été informé des évolutions nationales et internationales ainsi que de l’engagement de la Confédération dans le domaine du développement durable. Cette année, un des objectifs pourrait consister à intégrer le développement durable dans les obligations fiduciaires des gestionnaires de fortune.

Eviter de s’exposer inutilement à des risques

1. Risque réglementaire
Les exigences liées à la transparence du portefeuille évoluent rapidement. Les fonds de retraite français sont déjà tenus légalement de documenter et de publier des indicateurs ESG. La commission européenne traite de la question et la Suisse ne saurait se singulariser. D’une manière générale, les caisses de pensions suisses seraient très avisées de mettre en place une politique de transparence volontaire plutôt que d’être obligées de le faire de manière imposée suite à une législation fédérale sanctionnant leur inaction, à l’image de l’initiative Minder et du vote obligatoire sur les rémunérations.

2. Risque de réputation
À l’ère digitale, une réputation se construit aussi vite qu’elle se détruit. Une crise mal gérée peut causer des dommages importants – les banques suisses le savent bien. Les caisses de prévoyance peuvent au travers de leurs investissements être exposées sans le savoir à des controverses majeures (des sociétés produisant des bombes à fragmentation ou soutenant des régimes oppressifs). Cette information, si elle est révélée, non seulement met à risque la réputation auprès des médias mais également des bénéficiaires. Un audit ESG de portefeuille est pourtant si facile à faire. Ce suivi offre transparence et contrôle au Conseil de Fondation (ou Commission de gestion) ; il permet de vérifier que la Caisse investit conformément à son éthique et aux valeurs définies par ses bénéficiaires.

3. Risque financier
L’intégration des facteurs ESG dans un processus d’investissement n’est pas uniquement une réponse à une pression morale ou réglementaire – elle est surtout une question de bon sens. Par exemple, le changement climatique constitue un risque sérieux et tangible pour de nombreuses entreprises, tout comme l’attention croissante portée aux droits sociaux et à l’égalité. En comprenant comment ces facteurs influencent vos placements, vous comprendrez mieux l’impact qu’ils peuvent avoir sur le rendement à long terme de votre portefeuille.

Comment intégrer l’ESG dans la gestion de la Caisse

Les institutions avancent par étapes. La première consiste à évaluer et mesurer les expositions, positives et négatives, du portefeuille aux enjeux ESG. La deuxième est d’établir les principes généraux d’intégration ESG et leur mise en œuvre dans le processus d’investissement.

La première étape est la plus simple. Conser propose des outils qui permettent d’effectuer un audit de portefeuille quelque soit le style de gestion et l’allocation d’actifs. Grâce à un rapport synthétique, vous pouvez estimer en un coup d’œil le niveau de durabilité des entreprises et des Etats qui composent votre portefeuille ; vous en mesurez l’exposition aux controverses majeures ainsi que l’impact social et environnemental. L’exposition au changement climatique et l’empreinte carbone font aussi partie de l’analyse. Une information qui renforce votre connaissance et votre capacité à valider le travail de vos gestionnaires.

Anticipant cette mouvance, le Conseil de Fondation de la Fondation Collective Trianon (FCT) a entamé une réflexion en 2015 et a procédé à l’analyse ESG des portefeuilles poolés. La méthodologie puis les résultats de l’audit ont été présentés lors des Assemblées Générale 2015 et 2016.

Le monde change – la finance innove

Conser collabore avec des fonds de pension, des gestionnaires institutionnels et des fondations depuis plus 10 ans. La dynamique et la demande autour de ce thème s’accélère. Comprendre, intégrer et mesurer les facteurs ESG n’est plus une démarche marginale ou anecdotique. Cela s’impose comme une nouvelle norme.

Pour toute institution de prévoyance, grande et petite, il devient important d’anticiper et d’accompagner sereinement ce changement. Conser est là pour vous aider.

 

Portrait Angela Dewolff
Angela de Wolff, associée fondatrice de Conser invest SA
Angela.dewolff@conser.ch
www.conser.ch