La FCT vous adresse ses meilleurs vœux pour 2019 !

Publié le 20 décembre 2018

voeux FCT

Après 2017, l’année du rejet de la grande réforme globale du système de prévoyance vieillesse en Suisse, 2018 aura été propice au lancement de nouveaux projets de réforme de la prévoyance : le projet « AVS 21 », le compromis AVS/impôts et les premiers jalons de révision de la LPP. Ce n’est bien sûr pas une surprise, tant il est vrai que notre pays n’a pas d’autre choix que de trouver rapidement une solution au lancinant problème des retraites. Car même si la solidité et la qualité de notre système des trois piliers restent élevées en comparaison internationale, les nuages continuent de s’amonceler dans le ciel de notre prévoyance vieillesse. Et tous les récents sondages démontrent que les Suisses en sont bien conscients en plaçant leur retraite au premier rang de leurs préoccupations.

C’est le cas du Baromètre des préoccupations 2018 du Credit Suisse qui cite la prévoyance vieillesse comme le problème le plus important et le plus urgent de la Suisse et montre que les sondés la considèrent comme un problème de société. La retraite arrive désormais également en tête dans le Baromètre de la Jeunesse, c’est-à-dire des personnes qui ne seront réellement concernées que dans quelques décennies ! 86% des Suisses pensent que chacun doit contribuer à la sécurisation de la prévoyance et 72% des personnes interrogées plébiscitent le modèle des trois piliers. Dans l’ensemble, le troisième pilier suscite le plus de satisfaction (50%) alors que les deuxième et premier piliers atteignent respectivement 44% et 42%.

Les résultats d’un autre sondage, celui du Baromètre de la Prévoyance Raiffeisen 2018, confirment lui aussi l’inquiétude de nos compatriotes et soulignent que la confiance de la population, notamment envers la prévoyance étatique (AVS), est ébranlée, que les connaissances en matière de prévoyance doivent être améliorées et que la population souhaite conserver des options telles que le retrait des avoirs de prévoyance sous forme de capital.

Au-delà de poser le constat de l’importance que revêt la prévoyance vieillesse en Suisse, ces études peuvent également se révéler très utiles aux institutions de prévoyance pour définir les lignes directrices de leur stratégie future. Parmi celles-ci, on peut citer l’importance d’une bonne gouvernance pour renforcer leur crédibilité et contribuer à restaurer la confiance des assurés, mais aussi l’exigence d’une communication complète et transparente pour assurer la formation et l’information des assurés ainsi que la bonne compréhension par la population des enjeux des réformes sur lesquelles elle sera appelée à voter. Et il est indéniable que dans un monde en constante mutation, la capacité de proposer des solutions flexibles et innovantes sera essentielle pour préserver la force du système.

A n’en pas douter, les nouvelles propositions de réforme feront l’objet d’intenses débats tout au long de 2019. Après plus de 20 ans d’échec de toutes les tentatives de réforme, dire que le chemin vers une solution équilibrée et consensuelle sera long et ardu relève plutôt de l’euphémisme. Et il peut même être tentant d’établir un catalogue des nombreuses oppositions de tous bords émanant d’ores et déjà des partis politiques, des partenaires sociaux ou de la population, au premier rang desquelles se trouvent le relèvement de l’âge de la retraite des femmes et la hausse de la TVA.

Mais l’on peut aussi décider de refuser tout excès de pessimisme et choisir de faire confiance à la solidité de nos institutions, au pragmatisme de nos politiciens et au bon sens de la population suisse. Et continuer d’avancer pas à pas vers un compromis socialement et politiquement acceptable afin que notre prévoyance vieillesse soit mieux adaptée aux nouvelles réalités économiques et démographiques. Alors en ce début de nouvelle année, nous vous proposons de prendre avec nous la bonne résolution d’être (malgré tout) optimistes et de faire le vœu que nous pourrons tous bientôt dire :

« Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait ! »
selon la célèbre expression de Mark Twain.

Nous vous adressons nos meilleurs vœux pour une belle et heureuse année 2019. Que ces 365 nouvelles journées soient autant d’opportunités et vous apportent votre part de bonheur !

Le Conseil de fondation de la FCT